21/04/2006

Chô-meurt 

Dans le mot "chômeur", il y a - insidieusement - le verbe "mourir". Et puis on discerne "âge", dans "chômage". Le chômeur qui a de l'âge a beaucoup de "chances" de s'éteindre dans son cercueil d'exclusion.

Pressée, jetée, rejetée, oubliée, oppressée, culpabilisée, ignorée.

Dans ce monde paradoxalement peuplé d'euphémismes, mieux vaut "s'éteindre des suites d'une longue maladie" que de "mourir du cancer". Dans un registre beaucoup plus joyeux, on ne dira pas que Madame X est "enceinte", mais bien qu'elle "attend un heureux événement". Comme si le cancer ou la grossesse étaient contagieux.

Il en va de même dans le cas du chômage. Monsieur ou Madame Y sont des "demandeurs d'emploi". C'est tout de suite plus agréable à l'oreille. Moins culpabilisant. Plus rassurant.

Je "chô-meurs" à petit feu ...

 

00:07 Écrit par Stockwell | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bravo Bravo pour votre blog que j'ai dévoré ce soir. Je vous ai envoyer un email avec une question plus perso. Mon cas est différent car je n'ai pas trouvé de boulot depuis la fin de mes études mais je ressens ce que vous décrivez à 200%. J'espère que vous allez trouver un travail bientôt.

Écrit par : Damien V. | 21/04/2006

Tragique Une expression me vient, c'est que votre blog est génialement tragique. Je ne suis pas dans votre situation mais je palpe votre détresse. Tout ça c'est si bien dit. Je vous souhaite tout le bonheur du monde comme on dit dans une chanson.

Écrit par : Mac | 22/04/2006

Les commentaires sont fermés.