06/09/2007

Tu es moi

J'été. J'étais. Jetée dans le linceul de ce dég-août, cette fin de jour qui me rend saoule. Hâchée, écorchée, écharpée, ces cris me tuent. Hachurée ébahie. Je rends gorge, les armes et bagages en bord de route que je vois double. Adoubée par les déroutes. Je me dédouble l'addition s'écroule sourde. Tu es moi. Tuez-moi.

14:42 Écrit par Stockwell | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.